La culture

La culture

La culture

La troisième édition du festival de la musique traditionnelle du rythme SOO par les moins de 20 ans dans la préfecture de la Binah, a été lancé ce 20 septembre2019 à Pagouda  en présence de monsieur ATABA préfet de la Binah. 

Le  patrimoine culturel matériel ou immatériel est de nos jours une source  d’identité, de rapprochement et de cohésion sociale. A ce titre, il est un vecteur d’identification et de socialisation des peuples. Dans la préfecture de la Binah, les acteurs culturels l’ont si bien compris et ne ménagent  aucun effort pour la promotion de leur patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette optique  qu’un festival de la musique traditionnelle du rythme soo pour les moins de 20 ans dans la préfecture de la Binah,  a été initié depuis 2016.

Pour la troisième édition, lancée ce vendredi 20 septembre 2019 à Pagouda  chef lieu de la préfecture de la Bianah, en présence des neufs chefs cantons et du Préfet, le promoteur  Jules ASSIMA  Yawo A. a d’abord convié ses invités à un bilan des deux précédentes éditions.  Selon les chefs cantons, garent des US et coutumes, les deux éditions précédentes du  festival de la musique traditionnelle du rythme SOO pour les moins  de 20ans dans la préfecture  a été plus qu’un détonateur de la promotion de cette  danse traditionnelle. Par le passé, cette musique était plus qu’une chasse gardée des personnes âgées. D’aucun pensait que seul un clairvoyant pouvait jouer au rythme soo.  Grace à ce festival, que ce soit  dans les églises où lors des funérailles la musique traditionnelle du rythme soo est jouée par les enfants pour le bonheur de tout le monde. Pendant la semaine culturelle de l’an dernier, la musique traditionnelle du rythme SOO a été à l’honneur  dans bien d’écoles de la préfecture. Le chef canton de Kémérida  Monsieur  AGUIM a témoigné que depuis la deuxième édition, il dispose de deux groupes soo composés que de  jeunes filles et garçons de moins de 20ans  qui font la fierté du canton que ce soit  pendant les réceptions des invités ou des manifestations à caractère culturel ou social.

Par la même occasion le préfet de la Binah a félicité l’initiative, et à inviter les chefs cantons à s’approprier  de cet  festival, pour en faire le fer de lance  de la promotion de la danse traditionnelle du rythme qui était jadis une danse de référence  de la préfecture de la Binah. Pour le préfet ce festival vient couronner les actions  du gouvernement,  qui ne ménage aucun effort pour  intégrer le secteur  culturel et artistique aux stratégies de développement.

Dans le souci de pérenniser son œuvre en faveur de la promotion du patrimoine culturel immatériel,  le promoteur ne fait pas de la dentèle avec les innovations à chaque édition. Pour cette troisième, chaque canton doit présenter un groupe folklorique composé des filles et des garçons de moins de 20 ans  qui jouent, dansent  au rythme de soo avec  deux différentes chansons,  qui soient pour  :

  • Dénoncer les grossesses précoces en milieu scolaire
  • Chanter et inviter les filles et fils de la Binah à la culture de l’esprit d’unité et de la cohésion sociale.

Pour cette troisième édition les intermèdes seront animés par les héros de la chanson traditionnelle  qui vont chanter  soit pour  dénoncer les comportements des acteurs sociopolitiques  qui ne favorisent pas le développement de la préfecture ou pour inviter  les filles et fils à participer au développement de la préfecture.

Le promoteur monsieur ASSIMA n’a pas manqué  de féliciter d’une part,  les chefs cantons pour leur  adhésion à ce projet,  et d’autre part le  ministère  en charge de la culture dont l’opérationnalisation du Fonds d’Aide  à la culture (FAC)  contribue au financement des projets culturels et à la formation des acteurs culturels.  Après les phases préliminaires qui se déroulement dans les neufs cantons du 05 0ctobre au 26 Novembre 2019, le public est cordialement invité pour la phase finale prévue dans la première quinzaine du mois de décembre, en prélude à la fête traditionnelle SINARING édition 2019.

La rédaction.

Agence vision+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *